Où pratiquer

La FFFL est reconnue par

International Floorball Federation

Vous êtes ici : Accueil » Sélections » International de France » International de France 2011

"Être irréprochables", itw du président de la FFFL

Fournisseur officiel


Partenaire


Partenaire Media


13 octobre 2011

L’International de France est l’événement majeur de la rentrée du floorball français. Le président de la FFFL, Jérôme JOAILLE, nous en dit plus sur le tournoi, son organisation mais aussi sur les Bleus.

Bonjour Jérôme, les 4, 5 et 6 Novembre à Tourcoing aura lieu l’International de France. Quel est l’objectif de ce tournoi pour la FFFL ?
Organiser ce genre d’événement fait partie de notre mission, en tant que fédération : pour faire la promotion du floorball, pour proposer un événement motivant à notre staff, nos joueurs, nos supporters et à tous ceux qui font vivre le floorball français, pour participer enfin à la construction internationale du floorball qui bénéficie d’un statut olympique permanent, mais doit encore consolider son expansion hors de ses bases historiques. Et puis ce genre d’événement nous permet d’apprendre collectivement à organiser des manifestations. Ce sera utile pour de futurs tournois internationaux, mais aussi pour l’amélioration de nos événements nationaux. Mon souhait est d’offrir à nos invités, joueurs officiels et arbitres, ainsi qu’à notre sélection, de bonnes conditions de jeu et de séjour. Nous espérons du public et des retombées médiatiques bien entendu, mais ce que nous pouvons bien maitriser ce sont les fondamentaux d’une bonne organisation sportive, et notre mission première est d’être irréprochables sur ce plan.

Et pour l’équipe précisément ?
Pour nous, et en me permettant de parler au nom des coachs, l’objectif sera triple, comme toujours : s’investir au maximum de nos possibilités, prendre du plaisir sur le terrain et en dehors, et enfin gagner évidemment ! Gagner c’est un objectif qui coule de source et nous avons une bonne carte à jouer même si les Pays-Bas et l’Italie sont de valeureux adversaires. Mais notre objectif est tout autant de progresser tous ensemble, par rapport aux échéances mondiales à court terme et parce que nous sommes forcément en même temps dans un processus de construction à long terme.

Où en est justement l’Équipe de France dans son évolution ?
La Sélection est un projet qui a été relancé à l’occasion de l’Assemblée Générale 2010, avec un Cycle 2012 qui s’appuie sur de nouveaux principes, de nouvelles personnes... Il ne s’agissait pas de renier les épisodes précédents mais de prendre un nouveau départ, en tirant des enseignements des bonnes choses réalisées et de ce qui devait être amélioré pour que l’Équipe de France retrouve la place qui doit être la sienne en tant que vitrine et locomotive du développement. Nous sommes maintenant dans la 2e phase de ce Cycle 2012, une phase de confrontations avec des adversaires qui préparent comme nous des échéances internationales importantes. Ceci nous permet de nous tester, d’appliquer ce que nous avons travaillé lors des premiers stages, et de nous motiver encore plus à redoubler d’efforts pour progresser. Nous sommes juste quelque part sur le chemin de notre progression. C’est vrai en général, car la France est assez loin du top niveau mondial évidemment, mais aussi dans le cadre du Cycle 2012 puisque le but c’est d’être les plus performants possible en février prochain, en Allemagne.

Et quel est l’objectif de la Sélection pour les Championnats du Monde 2012, et ce tournoi de qualification en Allemagne ?
Les objectifs sont à peu près les mêmes que pour ce tournoi en France, avec une nuance qui n’enlève rien à notre motivation mais prend forcément en compte le niveau très relevé du plateau de ces qualifications. Nous serons 6 équipes en lice dans notre groupe : Norvège, Danemark, Allemagne, Espagne, Belgique et France. Il y aura 2 qualifiés pour les phase finales de décembre 2012 en Suisse, plus un billet pour le meilleur troisième européen. Avec l’ogre norvégien par exemple, il paraitrait peu crédible de viser absolument la 1e place. Mais nous irons pour donner le maximum sur chaque action et chaque balle disputée et nous irons pour représenter dignement notre pays. C’est ainsi que nous pourrons espérer gagner des matchs et créer des surprises. Et alors nous verrons si nous pouvons accrocher une place pour aller plus loin. En tout cas nos joueurs doivent faire abstraction de la réputation et du classement de nos adversaires, sinon il vaut mieux rester à la maison ! Et ce serait dommage car ce sera quoi qu’il arrive une magnifique aventure sportive à vivre.

C’est le 1er tournoi international de sélections disputé sur le sol français, c’est un signe de la bonne santé du floorball français, qu’en est-il des compétitions sur le plan national ?
Le floorball français grandit. Je ne reviendrai pas sur tous les freins au développement que nous connaissons ; nous pourrions aller 100 fois plus vite ; mais je préfère constater que notre fédération affiche chaque année une croissance aussi bien quantitative que qualitative. Cela se traduit, entre autres, dans l’évolution de notre championnat qui comptera cette année encore davantage d’équipes, 5 précisément pour un total de 25 en D1 et D2. Ce championnat propose en outre une spectacle de plus en plus intéressant, ce qui est très important pour la crédibilité de notre discipline, car on voit de plus en plus de spectateurs en tribune. Ils découvrent notre sport, constatent son intérêt et peuvent en parler de manière très positive. Notre développement passe aussi par là. Et puis cette saison devrait être celle d’une grande première avec un premier Challenge Féminin officiel, embryon de Championnat féminin, qui réunira trois équipes "régionales" de Paris, Nord-Ouest et Sud-Est. Vous en saurez plus très bientôt, mais il est clair que ce nouveau signal de croissance tout comme les projets qui concernent les plus jeunes sont très très encourageants.


Copyright © FFFL 2006-2017 Certains droits réservés CC BY-NC-ND 3.0.
Site développé sous SPIP 2.1.26
RSS
Mentions légales