Où pratiquer

La FFFL est reconnue par

International Floorball Federation

Vous êtes ici : Accueil » Compétitions » Championnat Senior » Saisons précédentes » Saison 2006/2007

Deuxième journée de championnat : le résumé !

Fournisseur officiel


Partenaire


Partenaire Media


22 janvier 2007

Ce week-end à Orléans, se déroulait le deuxième week-end de championnat de France de floorball. Il a tenu toutes ses promesses : une belle organisation toujours souriante de la part de l’équipe d’Orléans, une très belle salle et un niveau de jeu en progression. De très bon augure pour l’avenir. En voici les faits saillants.

UN SAMEDI DE BIEN BELLE FACTURE !

Ericsson Vikings - IFK Paris : 4-8. Ericsson est une équipe à ne pas prendre à la légère. Le style de jeu à une main combiné à un esprit engagé peut être très destabilisant. Cela n’aura pas suffit pour l’emporter, mais IFK Paris, peu vigilant, a perdu une occasion de soigner sa différence de but, en vue de la dernière journée de saison régulière.

Gladiateurs d’Orléans - CUB Besançon : 3-3. Nous avions annoncé jeudi dernier qu’il s’agissait d’un match à ne manquer sous aucun prétexte et nous avions raison. Un magnifique match où Besançon a fait le jeu et mené 3-0 sans que personne n’y trouve à redire. Et puis à 4 minutes de la fin, les Gladiateurs ont vu leurs efforts et leur fighting spirit récompensés. La fin de partie très intense a vu Orléans remonter au score et réussir à égaliser à 3-3 à seulement quelques secondes de la fin non sans l’aide d’un public tout acquis à sa cause.

Nordiques de Lille - CLAP Nantes : 0-10 / Pirates du Rhône - PUC : 0-4 / Gladiateurs d’Orléans - Speedhoc Rascasses : 2-11 / IFK - Nordiques de Lille : 13-2 / Pirates du Rhône - Ericsson Vikings : 3-0

Yann de Gouville en plein action

Les Nordiques de Lille ont créé la surprise. Ils ont ouvert le score face à IFK, Fehri Benkahia profitant d’une mésentente de la défense adverse pour placer une frappe sèche à bout portant après seulement 15 secondes de jeu. Mais IFK s’est réveillé pour étouffer ensuite les Nordiques sous une avalanche de tirs (plus de 70). Beaucoup de buts mais aussi un grand nombre d’arrêts du gardien lillois Geoffrey Muñoz. Le PUC quant à lui, a démarré cette deuxième campagne par un match périlleux face aux Lyonnais. La scoring machine a encore frappé ce week-end mais de manière beaucoup plus discrète qu’à Besançon. Ces mêmes Lyonnais sont pour leur part sortis vainqueurs d’un match très tendu en fin de journée face aux Vikings, et ont marqué un point dans la course au podium, la finale étant promise quoi qu’il arrive, à deux des trois ténors du championnat.

UN DIMANCHE COMME ON LES AIME

CLAP Nantes - Speedhoc Rascasses : 1-4 / CLAP Nantes - Ericsson Vikings : 3-3

Les Nantais ont ouvert le score et ils auraient pu inquiéter davantage les Rascasses mais ils ont manqué de jus et d’expérience. Cette fatigue, doublée de blessures s’est ensuite faite sentir face aux Vikings d’Ericsson. Elle aurait d’ailleurs pu couter cher sans une remontée spectaculaire en fin de match au bénéfice de deux supériorités numériques très bien exploitées.

Pirates du Rhône - Gladiateurs d’Orléans : 5-1 / Gladiateurs d’Orléans - IFK : 0-11 / PUC - CUB Besançon : 8-0 / CUB Besançon - Nordiques de Lille : 3-1

De nombreux buts dans le panier des Pucistes et d’IFK, une victoire importante des Lyonnais, et la première pour les Bisontins dans ce championnat... Chaque match était important, chaque équipe a pris plaisir mais il faut bien le reconnaître, l’événement du jour, c’était le choc, l’affiche, le duel des gros. Mesdames et Messieurs : Les Speedhoc Rascasses de Marseille face à l’escouade pluriculturelle du PUC.

PUC - Speedhoc Rascasses : 3-2

Ce match a lui aussi tenu ses promesses. Quelques minutes de jeu et le PUC prend rapidement l’avantage grâce au réveil du top scorer du premier tour, Mr Jean-Thomas "C’mon boyz !" Brière auteur du doublé. Le scenario du match est spectaculaire car le troisième but du PUC est inscrit contre son camp par un défenseur marseillais. Celui-ci craque et récolte au passage une pénalité personnelle de 10 minutes pour comportement anti-sportif, plus deux minutes pour l’équipe. Dans le public, on s’étonne. Le PUC serait-il vraiment si fort cette année ? Le long du rink, IFK Paris s’échauffe. Chez les jaunes, on se doute que ca ne va pas durer. Un air de "déjà vu" ? Et oui, ça ressemble pas mal à la finale du championnat 2005-2006. Et oui, Marseille a de la ressource. Et oui, il y a toujours Mana et Youness qui cette fois-ci seront passeurs décisifs pour Pascal Henneman et Guillaume Kernacker. 3-2, les pénalités pleuvent, le ton monte, l’engagement est total et il faut un arbitrage appliqué et autoritaire pour tenir tout le monde. Et puis dans les dernières minutes, l’égalisation marseillaise est refusée, l’arbitre ayant interrompu l’avantage en cours pour siffler une nouvelle faute de crosse. Contestable sans doute, mais c’est la dure loi du sport. On en reste là et on garde en mémoire un très bel affrontement.

Conclusion du week-end : le bilan est unanime, on en redemande. Le prochain service a lieu à Paris, les 17 et 18 mars : la dernière journée de saison régulière et son derby décisif PUC - IFK ou encore la course à la 4e place, puis un dimanche de finales que l’on espère plus spectaculaire et plus animé encore que ce début de saison déjà riche en très bons moments.

Article co-écrit par Jérôme Joaille et Benjamin Meynard


Copyright © FFFL 2006-2017 Certains droits réservés CC BY-NC-ND 3.0.
Site développé sous SPIP 2.1.26
RSS
Mentions légales